logo CARAMEL


 
Accueil   Accueil
     
Guides Nautiques   Guides Nautiques CARAMEL
   
Pages techniques   Pages techniques
   
Historique nouveautés   Historique Nouveautés
   
Liens utiles   Liens utiles
   
Voyages de Caramel   Les voyages de CARAMEL
     
Vos commentaires   Vos commentaires
   
Les Bonus   Les Bonus
   
 
 
 
navigation

 

 

A.I.S. (Automatic Identification System)

 

Au départ, ce système a été développé pour faciliter le contrôle des navires dans les passages délicats (Manche par ex.). Il équipe obligatoirement aujourd'hui tous les navires hors plaisance et partie pêche.

Le système est composé de 2 éléments :

  • sur le navire émetteur : une boite noire qui émet automatiquement des informations concernant ce navire sur une fréquence VHF propre au système AIS et commune à tous les navires
  • sur le navire récepteur : une antenne et un récepteur VHF doté d'un display qui permet de décoder et d'afficher les infos émises par les boites noires des navires émetteurs

Un navire peut être équipé de matériel d'émission et de réception (cargos, ferries, paquebots, certains pêcheurs) ou seulement du matériel de réception (la plupart des voiliers).

 

Un écran dédié AIS ressemble à première vue à un radar d'écholocation : une série de cercles concentriques, nous sommes au milieu et les autres sont disséminés sur l'afficheur.

Les infos émises sont au minimum :

  • numéro MMSI de l'émetteur (Maritime Mobile Service Identification = numéro unique pour chaque bateau équipé de matériel de communication de sécurité)
  • nom du navire
  • latitude et longitude du navire
  • statut (en route, à quai, à l'ancre, en pêche, échoué, etc…)
  • cap sur le fond
  • vitesse sur le fond

A l'usage, on découvre ainsi que les navires se classent en plusieurs catégories de vitesse :

  • 6 à 8 nœuds : gros chalutiers en pêche
  • 12 à 14 nœuds : petits cargos
  • 20 à 22 nœuds : gros cargos
  • 28 à 30 nœuds : navires à grande vitesse (NGV)

D'autres infos peuvent être éventuellement émises, mais leur décodage dépend de la sophistication de l'AIS embarqué (dimension navire, cargaison dangereuse, destination, etc…).

L' AIS embarqué doit intégrer ou être relié à un GPS pour connaître sa position. Il peut alors calculer d'autres paramètres :

  • distance des navires émetteurs par rapport à nous
  • trace des navires émetteurs

 

Les réglages de l'AIS sont simples :

  • choix de la distance de détection (range) de 1 à 32 milles
  • décentrage de l'écran
  • traces (track)
  • luminosité

Une fonction très intéressante est l'ALARME. Comme sur le vrai radar, il est possible de déclencher une alarme dès la détection d'un navire dans le cercle intérieur (réglable).

La fonction INFO permet de choisir un des « échos » et d'obtenir les détails le concernant. Ces infos sont affichées comme suit :

 

Il y a d'importantes différences par rapport au vrai radar (écholocation) :

  • les infos de positionnement sont précises à une dizaine de mètres (précision GPS)
  • pas d'interprétation sur la nature de l'écho, sa position et son déplacement
  • un écho n'en cache pas un autre (ce n'est pas comme les trains …)
  • les conditions atmosphériques (état de la mer, pluie) n'influencent pas les informations
  • compréhension graphique du cap et de la vitesse des autres navires (fonction ARPA sur les vrais radars). Ils ressemblent à des spermatozoïdes digitaux dont la queue est proportionnelle à leur vitesse de déplacement
  • consommation électrique très faible (50 mA sous 12 V)

La mise en service des émetteurs/récepteurs AIS classe A est obligatoire sur tous les cargos. L'arrivée des émetteurs/récepteurs AIS classe B ont permis d'équiper le marché de la plaisance à un prix abordable.

Des installations terrestres seront progressivement équipées (phares, amers, etc…). Pour des raisons inexplicables, les bâtiments militaires n'émettent pas, alors qu'ils pourraient le faire en temps de paix et contribueraient à la sécurité générale. Mais ceci dit, il y a du monde en veille sur ces bateaux.

Nous utilisons un AIS depuis plus de 30.000 milles. Nous sommes convaincus de son utilité au niveau sécurité et particulièrement au large.

 

Pour la croisière hauturière, nous ne branchons plus le radar classique. L'AIS est allumé en permanence pour la détection des cargos. Pour les plus petites embarcations non équipées d'émetteurs AIS mais utilisant un radar, nous comptons sur notre détecteur – transpondeur radar IESM ACTIVE ECHO. Malheureusement, la vente de ce transpondeur est actuellement limitée, mais je gage que l'émetteur AIS sera un jour obligatoire en plaisance également. Ceci augmentera considérablement le risque de collision.

Il reste alors les embarcations qui n'utilisent pas (comme nous) ou qui n'ont pas de radar. Leur nombre (et donc le danger) sera drastiquement réduits au large. La veille de l'homme de quart y pourvoira. Bien évidemment si besoin s'en fait sentir, nous allumons le radar classique.

Pour des raisons évidentes de portée de la VHF, il faut installer impérativement l'antenne de l'AIS en tête de mât pour pouvoir disposer de la détection maximale.

La plupart des AIS ne sont que des boîtes noires à raccorder au PC. L'affichage se fera au travers de la fonction AIS de votre logiciel de navigation. Fonction disponible aujourd'hui sur la plupart des logiciels. Rares sont les récepteurs seuls qui disposent d'un écran autonome pourtant bien pratique. C'est le cas du NASA que nous avons (images ci-dessus). Prix 2012 : +-450€.

Vous pouvez vous équiper d'une centrale de navigation intégrant un grand écran de cartographie, un module radar et un module AIS. Chez FURUNO par exemple, mais le prix et l'encombrement ne sont pas les mêmes !

Navigateurs du grand large, équipez votre bateau d'un AIS, cela contribuera sérieusement à votre sécurité.

LE FUTUR

Pour des raisons de vue d'ensemble et pour la sécurité globale du trafic maritime, l'avenir de l'AIS va passer par les satellites. Orbcomm a mis en orbite des nouveaux satellites (2010) intégrant le système AIS via satellite. L’AIS par satellite est du tracking pur et simple. C’est un développement sur interface Google Earth qu’il faudra suivre de près, car il va intéresser tous les navigateurs. Je vous invite à lire l'article "Tracking, plotting et autres suivis" qui fait un tour de ce sujet.

Pour vous faire une petite idée de ce qui sera possible de voir sur votre écran, consultez ShipAIS pour avoir un aperçu du suivi de flotte côtière AIS en UK ou MarineTraffic pour  le monde. Vous y verrez même la photo des cargos que vous tracez. Imaginez que dans quelques années, ce pourrait être l’image de votre cher navire.

 
 

Quelques AIS émetteurs-récepteurs

 

Fin été 2007, SIMRAD a sorti l'AI50. C'est un grand pas vers la sécurité anticollision. En effet, il s'agit d'un des premiers émetteurs-récepteurs AIS de type SOLAS classe B (le matériel SOLAS classe A est destiné aux gros navires). Ce nouveau type de matériel est destiné aux unités de plaisance, de pêche, etc...

Le display est étanche, en couleur, visiblité plein soleil. Il contient une cartographie mondiale qui aide à la visualisation (ce n'est pas une carto de navigation). Outre les caractéristiques classiques d'un récepteur AIS (comme expliqué ci-avant), ce modèle contient un récepteur GPS et un émetteur VHF de 2W. Il suffit donc de raccorder une antenne GPS et une antenne VHF pour être opérationnel.

Les informations permanentes concernant votre bateau sont encodées par vous (N° MMSI, type bateau, dimensions, etc...). Attention, l'encodage du N°MMSI est ensuite bloqué. Si vous changez de numéro, il faudra passer par un revendeur SIMRAD.

Toutes les informations variables (votre position, cap et vitesse) sont calculées automatiquement. Celles-ci et votre niméro MMSI sont envoyés à intervalles réguliers par l'AI50 via son émetteur VHF.

Quelques gadgets sont offerts :

  • alerte si des numéros MMSI naviguent dans les parages, c'est à dire les numéros de vos copains bateaux que vous aurez encodés dans votre appareil (ne fonctionne que si les copains ont aussi un AIS de classe B)
  • en couplant une VHF DSC sur cet appareil, vous pouvez contacter directement une cible repérée sur votre écran

Si tous les bateaux étaient équipés de ce système, le risque de collision serait réduit aux chauffards ! Ceci à un prix qui n'est pas encore trop exhorbitant : 1.400 € en vente chez la plupart des ships. Je conseille à tous les candidats au grand voyage d'envisager sérieusement l'acquisition ce type d'instrument. C'est le plus utile après le GPS.

Cliquer pour avoir la documentation technique et le mode d'emploi en français

Prix 2012 = +-1.200 €

 

 
***
 
 

2011, Icom sort un concurrent direct à l'AI50, le MA-500TR. Il remplit toutes les fonctions d'un AIS de classe B (émetteur/récepteur) de qualité mais il est près de 20% moins cher que l'AI50 grâce à son écran monochrome (+- 930€ en 2012).

3 sorties NMEA permettent d'envoyer le signal AIS vers des périphériques (logiciel de navigation, radar, plotter, ...). Raccordé à certaines VHF Icom, il permet une appel VHF DSC vers les bateaux des environs. Touche MOB et calculateur anticollision...

 

 
***
 
 

L'anglais Sea-me a mis sur le marché un matériel semblable, mais moins coûteux, car il n'y a pas d'écran. Le CSB200 est une boîte noire est commandée par le PC du bord. C'est également un émetteur-récepteur AIS de classe "B", mais la lecture du trafic de l'environnement se fait sur le PC du bord via un logiciel d'affichage ou votre logiciel de navigation habituel, s'il est compatible AIS (standard NMEA 0183 VDM AIS). Raccordement à une antenne VHF, une antenne GPS et du 12 V. Raccordement au PC par une (rontudjûûû) RS232 (+-800€ TTC en 2012).

 
***
 
  Citons pour information l'antenne AIS Plug ans play de Digital Yacht : une antenne/récepteur tout en un, spécialement dédiée au PC. Un simple câble USB fournit l'alimentation et le data. Le câble de 5m prédispose cette antenne à une pose sur le pont, donc une portée limitée, mais c'est une solution facile et acceptée par la quasi totalité des logiciels de cartographie. Plus recommandé en location qu'en Grande Croisière. Chez MC Technologies +-280€ en 2012.
 

Conclusion

Comme vous le voyez, je suis un chaud partisan de l'AIS pour la Grande Croisière et plus particulièrement d'un modèle émetteur/recepteur avec écran intégré, car il est plus robuste et consomme nettement moins qu'un PC allumé.

Le récepteur AIS augmente :

  • la sécurité du navire par le repérage des navires aux alentours
  • la sécurité des passagers en évitant les collisions

L'émetteur/récepteur AIS augmente :

  • la sécurité du navire le repérage des navires aux alentours
  • la sécurité du navire par la signalisation de sa position aux autres navires
  • la sécurité des passagers en évitant les collisions
  • la chance de récupération d'un'homme à la mer : voir chapitre "Matériel de sécurité", balise Safelink.

C'est ici que vous ne regretterez pas d'avoir acheté le modèle qui reste allumé tout le temps avec écran d'affichage ...

 

 

Dernière mise à jour : février 2012

Mises à jour : AOUT 2017
patrick@amelcaramel.net

haut