logo CARAMEL


 
Accueil   Accueil
     
Guides Nautiques   Guides Nautiques CARAMEL
   
Pages techniques   Pages techniques
   
Historique nouveautés   Historique Nouveautés
   
Liens utiles   Liens utiles
   
Voyages de Caramel   Les voyages de CARAMEL
     
Vos commentaires   Vos commentaires
   
Les Bonus   Les Bonus
   
 
 
 
peche et plongee

Plongée en apnée et en bouteille

C'est une des grandes joies de la vie en bateau, à condition d'aimer mettre la tête sous l'eau ! On est frustré de la France au Maroc (eau froide), on y goûte aux Canaries, on s'en méfie au Cap Vert (PAS de chasse because requins), on mord sur sa chique au Brésil (sauf à Fernando de Noronha) et on s'éclate dans la mer des Caraïbes.

Le matériel est simple et peu coûteux pour la plongée libre en mer chaude (Caraïbes = 27 degrés), il suffit d'un masque, d'un tuba et d'une paire de palmes pour goûter aux plaisirs de l'apesanteur sous-marine et à la découverte du monde coloré du silence. Ce simple matériel permet de se balader confortablement entre 0 et 5 m de fond, là où la lumière donne encore un beau rendu des couleurs et où l'on peut observer beaucoup de plantes, de coraux et de poissons de toutes tailles. Il ne faut pas espérer se mouvoir en permanence dans un aquarium tropical et devoir se frayer un passage entre les poissons colorés. Souvent, il y a peu de spectacle grandiose, mais la vie est partout. Il suffit de se donner la peine de regarder d'un peu plus près et dans le monde des petits et très petits, ça grouille. Ici une anémone qui laisse flotter ses tentacules urticants, là un petit bernard-l'hermite qui cavale emportant la bicoque sur le dos.

 

Si l'on est frileux, il est bien d'investir dans une petite combi néoprène de 3mm. C'est suffisant pour les mers chaudes. A vous de voir si vous préférez une combi complète ou shorty (manches courtes et short). Les modèles avec tirette dans le dos sont plus faciles à enlever.

A défaut, une combi complète en Lycra protègera également des contacts avec le "corail de feu", mais ce n'est pas vraiment isotherme. L'apnée avec une combi néoprène oblige à se ceinturer d'un minimum 2 kg de plomb.

Quant à la plongée autonome, c'est tout un autre programme. Il demande bien entendu une formation pour des raisons évidentes de sécurité personnelle. La formation PADI, est mondialement reconnue, sérieuse, rapide et conviviale. Le réseau de cours existe partout dans le monde.

Les fédérations nationales de plongées ne sont pas en reste et vous permettent d'acquérir les techniques de plongées à moindre coûts.

Voiici les fédérations :

en France : la FFESSM

en Belgique : la FEBRAS

en Suisse : la FSSS

au Québec : la FQAS

Pour la plongée autonome, il faut également du matériel nettement plus coûteux. On parle ici de bouteille de plongée, de détendeur, de gilet de stabilisation, de profondimètre, de manomètres, de montre de plongée, de vêtements iso-thermiques, d'ordinateur de plongée, etc... dans une gamme de prix très étendue. L'avantage de plonger en bouteille est évidemment de pouvoir observer la faune et la flore sous-marine en toute tranquillité, sans avoir à aller respirer en surface, de pouvoir également plonger plus profondément pour examiner d'autres sites. Sur Caramel, nous nous sommes fixés une limite à ne pas dépasser : 30 m, afin de ne pas entrer dans des contraintes lourdes de paliers et pour les plongées promenade, nous plongeons au moins à deux.

Disposer d'un équipement bouteille simple est également important au niveau sécurité bateau, pour aller décoincer une ancre engagée dans la caillasse, le corail ou dans un port (beurk), ôter un filet sur l'hélice ou un cordage solidement serré autour de l'arbre d'hélice. C'est utile pour toute intervention sur les oeuvres vives du bateau : changer les anodes, caréner, inspections, etc… : tout cela nous est déjà arrivé. Pratiquement tous les bateaux de voyage ont un équipement simple à bord, car régulièrement nous avons à résoudre ce genre de problème.

Malheureusement l'air que nous respirons sous l'eau doit être comprimé dans la bouteille avec autre chose que le gonfleur du Zodiac. Il faut un compresseur spécialisé que l'on trouve chez tous les organisateurs de plongées locaux. Il faut donc avant d'utiliser tout son air, savoir où l'on va pouvoir refaire le plein. Il existe également de petits compresseurs portables qui sont susceptibles de trouver une place à bord pour ceux qui plongent souvent (Bauer junior II électrique 220 V ou à moteur).

Dernière mise à jour : décembre 2011


 

Mises à jour : AOUT 2017
patrick@amelcaramel.net

haut