logo CARAMEL


 
Accueil   Accueil
     
Guides Nautiques   Guides Nautiques CARAMEL
   
Pages techniques   Pages techniques
   
Historique nouveautés   Historique Nouveautés
   
Liens utiles   Liens utiles
   
Voyages de Caramel   Les voyages de CARAMEL
     
Vos commentaires   Vos commentaires
   
Les Bonus   Les Bonus
   
 
 
 
informatique et communication

INFORMATIQUE A BORD

Bernard Moitessier cèderait-il au chant binaire du PC à bord ? Pas sûr, car sa devise " très simple n'a jamais manqué " reste d'actualité, mais on devient exigeant et douillet. Dans notre monde de plus en plus nimbé de communication, ignorer le vecteur informatique va bientôt signifier vivre en ermite. J'exagère à peine et vivre en ermite pour un temps n'est pas forcément désagréable.

Force est de constater que comme à la maison, la plupart des navigateurs ont un PC à bord et l'utilisent très régulièrement. Il ne se passe pratiquement pas un jour sans que nous l'allumions pour effectuer l'un ou l'autre travail.

Quelles sont les utilisations d'un PC à bord ?

Navigation

Une large choix de logiciels existe sur le marché (Maxsea, Fugawi, Nobeltec, etc…). Je vous renvoie au chapitre " Cartographie électronique " pour en savoir plus. Nous avons pris une autre option et les raisons y sont données. Ne revenons pas sur ceci, mais analysez bien le montant que vous devrez consacrer à l'achat de toutes les cartes électroniques utiles à votre voyage, avant de choisir le système. Ensuite vous êtes marié avec le fournisseur de cartes.

D'autres applications nautiques existent : tenue du livre de bord, du livre de maintenance et d'entretien, copie informatique des manuels de tout l'équipement, copie des articles techniques et de croisières des revues nautiques (nous avons plus de 600 articles de plusieurs pages), tenue de l'estime, navigation astronomique, tenue du stock des pièces détachées, de la pharmacie et des vivres.

Scanner

Pour scanner des parties de guide nautique ou touristique des copains, des documents d'identités pour les officiels qui n'ont pas de photocopieuse (…), des parties de carte marine, des photos prêtées par d'autres, etc…

Travail

Les écrivains, les traducteurs, les concepteurs de sites Internet ou plus largement tous ceux qui exercent un métier qui peut être " télé travaillé " trouvent ici un moyen aisé de gagner leur croûte et maintenir leurs neurones en bon état, tout en naviguant. J'ai échangé des mails avec une navigatrice en Patagonie qui vivait à bord tout en créant des sites Internet pour des clients européens.

Culture

Logiciels de cartes du ciel, apprentissage interactif des langues, dictionnaires, encyclopédie, lexiques médicaments, recettes de cuisine, etc…

Courrier

C'est une utilisation formidable du PC, en liaison avec des moyens de communications. Voir le chapitre " E-mail".

Ecriture

La rédaction de son livre de voyage ou de ses mémoires

 

Lecture

Des centaines de livres gratuits à tous les formats. On peut les lire sur son PC ou mieux sur son iPad ou autre tablet PC. Surfer sur ebooksgratuit.com

Lire des journaux également : en format pdf, les journaux prennent peu de place et sont téléchargeables dans tous les cyber-cafés du monde. La plupart des grands journaux sortent maintenant une édition numérique identique à la version papier (Le Monde, Le Figaro, Courrier International, La Libre Belgique, etc...). Les numéros restent disponibles durant un mois, ce qui laisse en général le temps de les télécharger. Ces abonnements sont bien moins cher que la version papier et permettent de rester informés des nouvelles de son pays, des pays vers lesquels on se dirige et également d'être moins déphasé au retour de voyage.

Site Internet

La création de son site internet et sa mise à jour en attendant une prochaine connexion wifi

Météo

Pour décoder et afficher des fichiers météo GRIB avec les champs des vents, des cartes météos, ou lire les pages de sites web météo. Indispensable également pour décoder et afficher les cartes isobariques reçues par BLU (facsimilés).

Photo

Retoucher les photos prises avec un appareil photo digital. Les classer en album, mettre des légendes, en envoyer par Internet aux copains.

Film

Monter le film vidéo que l'on vient de tourner. Regarder le DVD que le voisin de mouillage vient de prêter, ou ses films encodés en DivX. C'est étonnant le choix des films en DivX qui naviguent en Atlantique …

Musique

Riper des CD en MP3, les jouer sur son lecteur durant les quarts de nuit ou les échanger avec les copains. Composer de la musique avec des logiciels appropriés.

Jeux

Pour ceux qui s'ennuient vraiment en bateau, ou qui hivernent à bord au nord du 60ème parallèle … J'en ai même vu un qui faisait des exercices de navigation virtuelle, bien calé à sa table à cartes ! Par contre, pourquoi pas jouer au Scrabble contre son PC et devenir un champion de bridge ou d'échecs.

***

Voilà quelques raisons d'avoir un PC à bord. Je dis un PC, mais on commence à voir fleurir à bord plusieurs PC. En effet, si l'on a des applications essentielles sur PC (cartographie, e-mail, météo), on ne souhaitera pas s'en passer en grande traversée et dans les pays moins développés. Donc on embarque en plus du PC récent, un autre d'entrée de gamme ou d'occasion à prix modique. Alors tant qu'à faire, autant les installer en réseau, ce qui est bien simple et peu coûteux. Cela se fait de plus en plus : un à la table à carte, l'autre dans la cabine du skipper ou un modèle protégé dans le cockpit. Personnellement, nous ne sommes pas encore là, mais on en a vu régulièrement.

Lors de la dernière transat retour, nous étions 4 à bord et j'ai compté 6 PC, 5 antennes wifi amplifiées, 8 clés USB et 3 PDA communiquants. Sommes-nous toujours nécessaire à bord ?

Quel matériel installer ?

A mon humble avis, il faut s'orienter vers un PC portable, car

  • moins encombrant
  • résiste bien aux mouvements du bateau. C'est particulièrement vrai pour les disques durs des PC bureau qui sont plus fragiles à ce niveau. On peut toutefois équiper le PC bureau avec un disque dur type portable
  • moins gourmant en électricité
  • peut être alimenté en 12 V ou 24 V
  • ne doit pas être alimenté pour de petites utilisations (batteries)
  • s'emporte avec soi si l'on quitte le bateau
  • permet de le déplacer facilement vers une connexion wifi pour les mises à jour Windows, antivirus, et autres
  • peu cher

Cependant, certains choisissent le PC de bureau pour

  • ses capacités évolutives
  • sa modularité qui permet un remplacement de parties défectueuses plus facilement
  • la possibilité de mettre un vrai écran plat de 17 pouces qui servira de moniteur pour les DVD

Des constructeurs spécialisés ont développé des PC fixes marinisés. Il s'agit de modèles compacts, durcis, sans ventilation, directement alimentés en basse tension continue (9 >30V). Ils proposent souvent plusieurs ports RS 232, si indispensables sur le bateau. Ces modèles peuvent se monter discrètement du moment qu'il y a de l'air pour dissiper la chaleur produite par le boitier alu.

J'en ai relevé quelques uns chez M.C Marine. Ces modèles seront rapidement remplacés par d'autres, nous sommes dans le domaine informatique où être vieux signifie agé de plus de six mois ... Des modèles similaires existent chez Nauticom.

  • AEC-6850 A1 : processeur Celeron-M 1.3 GHz, sans ventilateur, 9 > 30V, consommation basse de 1 Ah sous 12V, HD 4OGb, graveur DVD combo. Connectique : 2 RS232, 1 RJ45, 3 USB,
  • AEC-6910 A2 : idem précédent, mais 4 RS232 et 4 USB
  • Car-PC 01 : pour ceux qui n'ont vraiment pas beaucoup de place, le PC est au format autoradio. Processeur Via C3 1,0 GHz, 6 > 24 V, consommation basse de 1,3 Ah sous 12V, HD 40Gb, graveur DVD combo. Connectique : 1 RS232, 4 USB, 1 RJ45, 2 PS2. Parfait pour ceux qui veulent un PC dans leur cabine !
  • JLT 1210 DT : un écran parmi la large gamme. Celui-ci est étanche et prêt à être installé dans le cockpit

Nous avons été satisfait par le matériel suivant :

  • PC portable ASUS (+ PC portable ACER entrée de gamme en back up) avec écran 15 pouces (ce qui est bien assez) et graveur CD et DVD
  • Clavier et souris sans fil Logitech. Prendre la souris optique avec piles (pas celle rechargeable)
  • Hub USB, car on ne va pas loin avec les 2 ou 3 ports habituels

NB : Il devient très difficile de trouver un PC portable encore équipé d'un port COM (RS 232). Or la plupart des périphériques marins utilisent toujours cette norme (Standard C, Mini-M, GSM fixe, GPS, ...). Pire, ils n'utilisent que cette norme. La connexion USB semble pratiquement inconnue pour eux. La seule issue pour l'instant est d'utiliser un câble convertisseur RS232 < > USB, mais plus question d'une switch box pour sélectionner le périphérique à utiliser. De plus, le fonctionnement n'est pas garanti avec ces transformateurs connectiques. Il faut donc impérativement procéder à un test avant d'acheter le périphérique ou le PC. Pffffff ... facile.

NAUTICOM, le spécialiste d'informatique marine vend des convertisseurs USB > RS232 (1 à 8 ports - 39 à 189 €), ils ont l'air d'avoir testé ces produits sur des GPS, BLU, Radar et Iridium (http://www.nauticom.fr).

 

  • Switch box RS 232 (4 entrées > 1 sortie), car la plupart des périphériques marins travaillent encore avec cette norme désuète (connexions Standart C, Mini-M, ...). Je sélectionne la bonne source avant de lancer l'application logicielle qui la concerne et cela fonctionne très bien
  • Scanner Canon à diodes (très plat) et alimenté par le câble USB

  • Imprimante Canon avec bac papier et sortie à l'avant. Modèle avec 4 cartouches d'encre (remplacement sélectif) qui fait texte et photo de qualité. Pour imprimer des images numériques prises avec l'appareil photo. Eviter les imprimantes pour portable, lentes et chères en encres
  • lecteur 6 en 1 de cartes mémoires (SD, MMC pour appareils photos, etc…) permet de copier facilement les photos des copains en empruntant la carte mémoire de leur appareil)

Les instruments suivants sont raccordées au PC :

  • GSM fixe 8 W, pour faire de l'e-mail pas cher (voir le chapitre consacré à la téléphonie mobile). Ce matériel devient gentiment caduque à cause du GSM 3G, sauf lorsqu'il faut une longue portée
  • GSM (3G) qui sert de modem 3G pour se connecter à l'Internet là où il n'y a pas de WiFi (voir le chapitre consacré à la téléphonie mobile)
  • Mini-M pour de l'e-mail au large
  • Standart-C, pour la réception des bulletins météo grand large, la détresse, l'e-mail (pas utilisé par nous car + cher que Mini-M), et la lecture du GPS du Standart-C
  • Navtex pour l'impression sur papier des bulletins météo côtière et petit large.
  • BLU pour fac-similés météo, soumis aux aléas des transmissions hertziennes. Je préfère les infos Navimail via l'e-mail

 

 

Comment installer son matériel ?

Nous avons une table à carte perpendiculaire au sens de la marche et une grande profondeur pour encastrer les instruments au-dessus de la table à cartes. Une étagère coulisse entre le panneau des instruments et la table à carte. Le PC portable et le scanner y sont fixés. L'écran est à bonne hauteur pour les yeux. Le clavier et le tapis de la souris sans fil sont posés sur un tapis antidérapant et n'en " décollent " pas. Une étagère fixe au-dessus des instruments accueille une vraie imprimante.

Comment alimenter tout ce bazar ?

Le PC est alimenté en 220V par son transfo. On peut lui fournir cette tension depuis la prise de quai, le groupe électrogène ou le convertisseur. Mais il est plus avantageux de l'alimenter avec un accessoire (alimentation auto) permettant de le raccorder à la tension de service du bord (12 ou 24 V). Certains portables puissants nécessitent une grosse alimentation (7A). Il n'existe alors pas d'autre moyen que de les alimenter via un convertisseur 220V. C'est le cas de certains portables 17 pouces.

Les nouveaux PC fixes marinisés sont très flexibles puisqu'ils acceptent une tension comprise entre 9 et 30 V.

Le scanner est alimenté directement par le PC via le port USB. L'imprimante uniquement en 220 V, mais le temps d'impression est bien moindre que le temps d'utilisation du PC.

ATTENTION : sur les bateaux qui utilisent un logiciel PC pour la cartographie, le PC sera un élémént très important de la consommation électrique car il reste allumé en permanence.

Et les pannes ?

Durant nos navigations, nous avons déploré plusieurs pannes :
  • 3 pannes logicielles (plus de démarrage depuis le disque dur, mais à partir de la disquette que nous avions oubliée … Un informaticien indien nous a arrangé cela rapidement à Gibraltar et nous a remis une nouvelle disquette de démarrage salvatrice).
  • 1 erreur fatale nécéssitant le reformatage du disque et le rechargement de tous les programmes et drivers. L'horrreur ! Réalisé à terre par notre ami Christian, équipier virtuel de nos navigations. Le petit PC Acer a repris le flambeau durant la réparation.
  • 1 panne du graveur de CD interne. Nous avons acheté en route, un graveur externe pour continuer nos copies de sécurité.
  • 1 panne de l'imprimante HP. Appareil non réparable

***

Voilà pour ce chapitre assez long et technique qui montre cependant que nous pourrions difficilement nous passer d'un PC à bord. Son degré d'utilisation et d'intégration dans la vie à bord sera fonction de votre propre expérience informatique et de vos souhaits.

VERMITRUC : dans notre univers, il n'y a pas que les vers marins, il y a également les vers informatiques. Il est indispensable de passer au crible toute clé USB et même CD ou DVD (gravé par un camarade innocent) que vous ramenez à bord en revenant d'un cyber-café ou d'un bateau ami. Un bon logiciel antivirus est un investissement infime (Nod 32) par rapport aux emm… d'une infection virale qui n'a de virtuelle que le nom et qui peut mettre KO votre bel ordinateur à 1000 milles de toutes côtes. Profitez d'une connexion wifi pour faire les mises à jour antivirales, windows et autres live-updates de vos PC.

Dernière mise à jour sur un clavier AZERTYUIOP : septembre 2010


 

Mises à jour : AOUT 2017
patrick@amelcaramel.net

haut