logo CARAMEL


 
Accueil   Accueil
     
Guides Nautiques   Guides Nautiques CARAMEL
   
Pages techniques   Pages techniques
   
Historique nouveautés   Historique Nouveautés
   
Liens utiles   Liens utiles
   
Voyages de Caramel   Les voyages de CARAMEL
     
Vos commentaires   Vos commentaires
   
Les Bonus   Les Bonus
   
 
 
 
vie a bord

Froid à bord

Donald Mac Street, auteur de guides nautiques bien connus sur les îles de l'Atlantique et de la mer des Caraïbes, écrivait "J'aime que mes traversées ne dépassent pas dix jours. C'est le maximum que je supporte, car il est alors temps de boire une bière bien fraîche dans un bar". Son voilier "Iolaire" (les cartes Imray-Iolaire, vous connaissez ?) n'était pas pourvu de moteur donc pas de frigo. Je ne sais pas si c'est le bar ou la bière fraîche qui lui manquait, mais en ce qui nous concerne, on apprécie la consommation de boissons rafraîchies, surtout sous les climats chauds.

Sur les voiliers que j'ai eu le plaisir d'utiliser, j'ai fait connaissance avec différents systèmes :

  • la glacière où il faut mettre de la glace pour faire du froid (et pas l'inverse). C'est obsolète aujourd'hui
  • le frigo à ouverture par le dessus et compresseur refroidi par air
  • le frigo à ouverture par le dessus et compresseur refroidi par eau
  • le frigo à ouverture par le dessus et froid par effet Peltier
  • le frigo à porte verticale et compresseur refroidi par air
  • le congélateur à ouverture par le dessus et compresseur refroidi par air

Aucun de ces systèmes n'est mauvais (sauf le Peltier), ils ont des avantages et des inconvénients. Ici encore, il ne faut retenir que les meilleures marques pour essayer d'augmenter la fiabilité.

Nous préférons le frigo à porte verticale, car il offre un meilleur rangement et une vue générale sur le contenu du frigo. Même s'il est plus gourmand en énergie car il perd une partie de son froid à chaque ouverture. Il doit de préférence avoir une ouverture perpendiculaire à l'axe du bateau, sinon à la gîte : bonjour les dégâts ! J'en aperçois plusieurs qui clament leur désaccord …

Pour le congélateur, une ouverture par le dessus est correcte pour diminuer la perte de froid et l'envahissement d'air humide à chaque ouverture qui va givrer sur les plaques. On y va moins souvent et on peut tenir un petit état du stock sur papier. Nous en tenons un même pour le frigo, lors de gros avitaillement, pour éviter d'"oublier" des produits fragiles.

Dégel TRUC : pour les 2 appareils, il faut surveiller le givre qui va se transformer en croûte de glace et diminuer la performance des groupes de froid. Nous avons à bord une série de sacs isothermiques que nous remplissons avec le stock du congélateur, le temps de le dégivrer … avec un gros ventilateur (30 minutes). Opération renouvelée au moins une fois par mois, plus sous les ropiques.

Les 2 systèmes de compresseurs sont bons, question de positionnement et de bruit. Le compresseur refroidi par air DOIT avoir son échangeur bien dégagé pour donner toute sa puissance. Certains compresseurs refroidis par eau échangent leur température via une boite métallique (plus rassurant qu'une épingle) fixée sous l'eau à l'extérieur de la coque, c'est très bien. Attention au système de refroidissement par eau de mer qui recrache son eau à 30 cm au-dessus de la flottaison : cela donne envie de faire pipi toute la nuit et on se bagarre à tous les coups avec ses voisins de ponton. Le système électrique par " effet Peltier" est d'un rendement insuffisant pour un frigo et doit se cantonner à rafraîchir des frigo-box de camping sous un climat tempéré.

Les frigos à gaz existent, mais sont réservés aux possesseurs courageux (il faut beaucoup de gaz) de catamarans (il ne faut pas de gîte, car le système fonctionne par gravité). Il y a également le système à plaque eutectique et compresseur attelé sur le moteur de propulsion. Il paraît que c'est bien, mais la distance entre le moteur et le frigo doit être faible pour transporter efficacement le fluide glacial. Les compresseurs attelés et débrayables sont plutôt fragiles. En général cet équipement est réservé aux frigos, car la variation de température durant la journée est peu compatible avec le maintien précis du froid dans un congélateur. C'est assez cher et cela prend pas mal de place dans le frigo, mais 2 x 30 minutes de moteur permettent de bien glacer les plaques d'accumulation. Faut surveiller, je n'aime pas trop.

Je n'aime pas le système qui équipait le précédent bateau : un compresseur unique pour le frigo ET le congélateur (la taille des plaques faisant la différence de température), le congélateur fonctionne même s'il n'y a rien dedans !

Fridge TRUC : avoir la possibilité de régler son congélateur en position frigo >> on dispose de 2 frigos, ce qui est pratique hors grand voyage.

TRUC culotté : lors d'un retour de quelques semaines en Europe, nous squattons un autre congélateur pour y entreposer les produits qui restent dans celui de Caramel. Soit sur un autre bateau ami qui reste sur place, soit dans les cuisines d'un club house ou d'un ami local. Cela permet de garder le camembert normand congelé à Salvador de Bahia, même après avoir coupé les batteries. Nous ne laissons JAMAIS le courant branché lorsque nous laissons le bateau orphelin pour quelques temps.

Bien entendu, un congélateur et un frigo peuvent tomber en panne, mais en plus de 17 ans d'utilisation de frigos électriques, je n'ai pas eu d'autres pannes que deux appoints de fréon. C'est franchement peu, alors pourquoi se priver des facilités d'avitaillements et du plaisir de consommer des boissons fraîches.

Comme dit dans la page "Avitaillement : quoi et où", il est possible de réapprovisionner le congélateur très avantageusement à certains endroits. Le vrai filet de bœuf est très bon marché au Venezuela. On découpe en parts pour 2 et zou on congèle. Sur son bateau, mon copain René mangeait toujours du bœuf vénézuélien à Tahiti, six mois plus tard. Aux Grenadines, les légumes vendus préparés et surgelés par de grandes marques sont moins chers que les frais et le choix est bien plus large !

Mais attention, les producteurs de froids sont les plus gros consommateurs électriques du bord. Il est très important de bien faire son bilan des consommations électriques (sur 24h), du parc batteries disponible et des moyens de recharge avant de choisir la puissance de son groupe de froid, donc la taille de son frigo. Il faut également insister sur l'importance de l'isolation des bacs à froids : ce n'est jamais assez épais ! Sous les tropiques, il faut compter sur une température moyenne dans le bateau autour des 33 à 35 degrés. Sous les tropiques, la consommation des frigo ( FRIGOBOAT air) + congélateur (FRIGOBOAT air) sur Caramel = 60 à 80 A sous 24 V par 24 H (cad 120 à 160 A sous 12 V). Soit 15 à 20 % des batteries, mais nous chargeons les batteries 2 fois par jour avec un chargeur de 100 A/24V (voir la page technique électricité). Tout est dans l'équilibre sous peine d'avoir des problèmes de ressources énergétiques.

Fresh TRUC : acheter des cylindres isothermes pour les boîtes de bière, Coca, ... La fraîcheur jusqu'à la dernière gorgée même sous les tropiques. 12 pièces pour un euro au Brésil et ils sont résistants.

Fresh TRUC bis : trouver dans un magasin de camping, une housse isotherme pour bouteille de 1,5 L d'eau. Pratique et agréable pour partir en excursion.

Avant-dernier TRUC : pour faire des glaçons tout en naviguant, acheter des sachets à glaçons, cela ne coule pas à la gîte et c'est facile à extraire. Seulement trouvables en Europe.

Dernier TRUC : dans tous les pays des Amériques, on trouve partout des sacs de glaçons de 5 ou 10 kg et pour 3 sous. Pour réfrigérer les boîtes dans un camping box c'est facile. Attention si mis dans le verre avec l'apéro, le grand Trafalgar menace …

Et si vous souhaitez vraiment tout savoir sur la réfrigération à bord, je vous invite à visiter le site de Fred C'est son métier et c'est très clair.

 

Dernière mise à jour : mai 2006


 

Mises à jour : AOUT 2017
patrick@amelcaramel.net

haut