logo CARAMEL


 
Accueil   Accueil
     
Guides Nautiques   Guides Nautiques CARAMEL
   
Pages techniques   Pages techniques
   
Historique nouveautés   Historique Nouveautés
   
Liens utiles   Liens utiles
   
Voyages de Caramel   Les voyages de CARAMEL
     
Vos commentaires   Vos commentaires
   
Les Bonus   Les Bonus
   
 
 
 
informatique et communication

 

 

 

 

CYBERCAFES

 

 

Jusqu'ici, c'était simple. Il suffisait de se rendre dans un cybercafé, généralement proche de la marina pour prendre connaissance de son courrier et surfer sur ses sites web préférés. En plus de votre clé USB, vous emportiez une bonne disquette 3,5“ pour parer à tout.

Mais voilà, le monde se modernise mon bon Monsieur ! Dans les villes des pays occidentaux (je n'ai pas dit civilisés), le taux de connexions privées est tel que les rares cybercafés n'hébergent plus que les quelques voyageurs de passage et les paumés dont le PC domestique est en panne.

Résultat : les cybercafés ne servent plus de cafés ni de liaisons Internet, laissant l'honnête marinum pecus sur le quai et sans connexion. Un cyber drame !

Heureusement dans les pays chauds, le taux de pénétration de l'Internet dans les foyers est suffisamment bas pour que les cybercafetiers gagnent encore leur vie décemment.

On trouve des cybercafés dans les bleds les plus reculés de l'Atlantique. Le plus exotique est tout de même celui du village de Foundioune sur le fleuve Sine Saloum au Sénégal : une cabane survolée par une paire de fils de cuivre nus qui entrent dans le toit en venant d'on ne sait où, sur une suite de poteaux difformes. Face aux deux PC hétéroclites (mais qui marchent) une basse-cour et deux brebis galeuses … Bonjour Bill Gates.

Et puis, il y a les malins, ceux qui cumulent comme ce Cyber-coiffeur sur l'Amazone et la Cyber-laverie à Margarita – Venezuela. Utilisation gratuite de l'Internet en attendant de se faire couper les cheveux ou la fin du cycle de lavage.

 

Les prix sont variables mais généralement peu élevés pour nos euros, sauf évidemment aux Antilles. Le moins cher est le PC mis gratuitement à disposition des plaisanciers ( Puerto Calero – Lanzarote). La palme du plus cher revient à Nassau, dans un hôtel où nous avons payé 42 $/heure - Rontudjûû.

Les îles Vierges américaines ne sont pas très équipées en accès Internet (sauf St Thomas). La République Dominicaine non plus (sauf Luperon, chez le suisse : nickel et climatisé). Aux Bahamas, accès seulement dans les villes (Georgetown ou Nassau).

Une heure de surf sur le Net permet de rassembler une documentation sur la suite du voyage, sur un point particulier de tourisme que l'on souhaite aborder, sur une marina où laisser le bateau quelques temps, importer des fichiers météos (http://www.globalmarinenet.com ), copier un bulletin météo, rechercher les coordonnées d'un fournisseur dont la pièce vient de lâcher sur le bateau, etc … No limits aux infos sur le Net. C'est pourquoi, il faut toujours aller au Cybercafé avec une clé USB : un clic de souris et on balance les infos sur un support ramené au bateau. On lit à l'aise, on imprime si l'on veut.

Il est de plus en plus courant de pouvoir connecter son PC portable dans les cybercafés (filaire ou WiFi). C'est plus encombrant, mais cela permet notamment des mises à jour faciles de ses logiciels, (antivirus, etc...), de son site Internet et le téléchargement de dossiers. Mais je n'en ai jamais ressenti le besoin, les clés USB ont actuellement des capacités largement suffisantes au vu de la vitesse de transfert des cybercafés tropicaux.

Justement, à propos de transfert, il y a ADSL et ... ADSL tropical. Ce dernier permet rarement de faire des téléchargements de fichiers lourds. Au Cap Vert et à Dakar par exemple, il n'a pas été possible dans des business centers de premier choix de faire des transferts de plusieurs Mb, même en FTP.

Pour le fun, voici la liste de tous les cybercafés du monde : http://cybercafe.katchup.co.nz/search.asp . Mise à jour non garantie.

Tout ceci pour en venir à la contre-attaque de la technologie : le wifi, objet du chapitre suivant. Malgré tout le cybercafé tropical a encore de beaux jours devant lui. Ne jettez pas encore vos clés USB dans la poubelle de recyclage !

Dernière mise à jour : avril 2010

   

Mises à jour : AOUT 2017
patrick@amelcaramel.net

haut