logo CARAMEL


 
Accueil   Accueil
     
Guides Nautiques   Guides Nautiques CARAMEL
   
Pages techniques   Pages techniques
   
Historique nouveautés   Historique Nouveautés
   
Liens utiles   Liens utiles
   
Voyages de Caramel   Les voyages de CARAMEL
     
Vos commentaires   Vos commentaires
   
Les Bonus   Les Bonus
   
 

La petite histoire des noms de bateaux

Carpe Diem, Hippocampe, Dolphin, ... pour les indécrottables classiques

Enfinseul, ValiumOcarré, Attire La Rigo, ... pour les originaux qui se lâchent

Olnico, Pamarso, Bersaca, ... pour les inconditionnels de la contraction des prénoms familiaux

Terrible VII, Sagitta XII, ... pour ceux qui n'ont pas d'imagination ou qui veulent en étaler

Le sens des noms de bateaux n'est heureusement pas toujours si monotone. Si vous êtes en panne d'idées, visitez une foire aux bestiaux. Vous serez étonnés de voir avec quelle poésie les éleveurs nomment leurs vaches !

Nous sommes partis à la recherche de noms qui avaient un sens caché, une histoire à raconter, disons un vrai prénom. Cette rubrique s'étoffera naturellement au fil de notre voyage.

   
   

Enomis

Sophie a acheté le bateau qui portait ce nom. Elle a fait des recherches pour retrouver l'étymologie de ce dieu ou cette déesse grec. Sans résultat, elle s'est renseignée auprès de l'ex-propriétaire. "Enomis" est simplement Simone en verlan, le nom de son épouse ... Beaucoup d'entre-vous connaissent Enomis et Sophie, elle écrit (bien) dans Loisirs Nautiques et sur Sail the World.

 

Thélème

C'est le nom d'une abbaye issue de l'imagination de Rabelais dans Gargantua. Je vous laisse donc imaginer quelle sorte d'abbaye. Au-dessus de la porte est inscrit :" FAIS CE QUE VOUDRA" ... Un joli rappel de la soif de liberté des voileux au long cours.

 

Feng Shui

En chinois,"feng" est le vent et "shui" est l'eau. Les mots parlent d'eux-mêmes : "ffffffeng" est le bruit du vent et "shshshshsui" évoque le ruisselement de l'eau. Mais le "feng shui" c'est surtout une philosophie orientale et son équipage est resté longtemps en Asie.

 

Zarpas

Ce mot espagnol (comme son propriétaire) a deux sens : "Largue les amarres" et "Griffes". Francisco et Eva en ont fait un joli logo clin d'oeil.

 

Yakapati

Dérivé du créole "likapati", ce nom est déjà une promesse de voyage.

 

Cap'allà

En catalan (comme Guy, son skipper), "Cap'allà" (prononcer capaïa) signifie "Cap vers le lointain", vers au-delà de l'horizon. Le lointain n'a pa été chanceux. Au Venezuela, en octobre 2006, le bateau a été dépouillé de son électronique et de ses biens alors que Guy et son épouse étaient sous la menace des armes des pirates. Heureusement, tout s'est terminé sans égratignures pour eux. Par contre, le bateau ... Pour en lire le récit

 

Huaiqui

Agostino est espagnol. Pendant huit ans, il a été guide d'aventures au Pérou et en Argentine. Randonnée de montagne et rafting, il connaît. Son bateau, il le connaît bien aussi. Il l'a construit entièrement de ses mains à Buenos Aires avec des matériaux de récupération, sur base des plans d'un architecte argentin. Il le connaît tellement bien que le nom s'imposait : "Huaiqui" signifie "frère" en langue indienne quechua. Il y a même un air de famille, Agostino a l'air aussi solide que son bateau.

Axé

Dans le langage des dieux afro-brésiliens (Iorubás), Axé (on prononce aché ) est la force vitale invisible, contenue dans toutes choses. Cette force fluidique existe sous trois formes : le fluide rouge qui est le sang du monde animal et les sucs extraits du monde végétal. Le fluide blanc qui est dans la respiration, la salive et autres sécrétions du monde animal ainsi que dans la sève et les alcools distillés. Le fluide noir des cendres d'incinérations et du monde minéral. La force vitale ne se crée pas, elle se transmet par ingestion, incorporation, assimilation. Certaines combinaisons permettent un meilleur dégagement de force vitale. On est en plein candomblé. Que la force soit avec nous …

 

 

Satumaa

Ce mot suédois signifie "terre promise". Pauli nous précise qu'il compte sept lettres comme les sept mers et trois "a" comme les trois océans. C'est aussi le titre d'un tango finnois célèbre. Nous avons rencontré Satumaa à Buenos Aires, capitale du Tango. Il a accosté sa terre promise.

 

 

Fortuna do Mar

C'est probablement la plus étonnante étymologie de cette petite série. La Marine brésilienne reçoit un jour une alerte du centre de sauvetage. Un signal de détresse émis par une balise satellite (SARSAT) a été capté au large des côtes sud du Brésil. La marine s'y rend rapidement et trouve un catamaran, démâté et vide. Manifestement abandonné depuis longtemps, le voilier a été probablement abordé par des pêcheurs locaux qui ont démonté ce qui les intéressait. Ce faisant, ils ont par mégarde appuyé sur le bouton de détresse de la balise.

Les informations retrouvées à bord indiquent que le voilier a dérivé depuis l'île d'Ascension (à 2500 milles au milieu de l'Atlantique) et ce, depuis 15 mois ! Les formalités d'usage terminées, la Marine donne la coque au Musée Océanographique de Rio Grande qui la répare et la rééquipe. Dans sa nouvelle vie, ce catamaran sert d'école de voile aux jeunes de la ville et son nom est tout naturellement « Fortuna do Mar ». La dualité de ce terme est ici assez croustillante !

 

 

Tradiçáo

Au sud du Brésil, le Lago dos Patos est immense, une petite mer intérieure. Au 19 ème siècle, l'activité principale de la région était la pêche. Dans un estuaire truffé de hauts-fonds, les barques devaient avoir peu de tirant d'eau, mais être suffisamment stables et véloces pour parcourir de longues distances dans une région venteuse. Le « canua do lagoa » remplissait bien cette fonction : 8 m de long au minimum, large de moins de 2 m , sa coque était faite de planches épaisses. L'assemblage en dent-de-scie était tellement solide que quelques membrures suffisaient.

Propulsé à la rame, il pouvait également ériger un gréement démontable de deux voiles latines pour les longues distances. Aptes à transporter des hommes, le matériel de pêche et le poisson, les grands « canuas » pouvaient transporter des chargements lourds entre les villages du Lagoa.

Il a aujourd'hui disparu. Il n'en reste qu'un qui navigue. Âgé de 130 ans et restauré par le Musée Océanographique de Rio Grande, « Tradiçao » fait la curiosité des badauds sur les quais du port de pêche. Ce n'est pas de la nostalgie, c'est pire. Ils ne savent même plus que ce lourd canot était le quotidien de leurs arrière-grands-parents.

 

 

Mòn

Antonio est catalan ibérique, il navigue seul de par le monde, de l'ancien monde au nouveau monde, pour voir du monde. Il ferait bien le tour du monde pour voir si le tiers monde ne bascule pas dans le quart monde avant de passer dans l'autre monde. Depuis qu'il est venu au monde, son rêve est de naviguer sur "Mòn" sans perdre le monde de vue. Hé oui, depuis que le monde est monde, "Mòn" est monde en catalan. Toni parle bien français et lorsqu'il me montre son "Món" à lui, il me dit "Regarde, c'est mon Mòn"

 

 

Uruz

S’il y a bien un nom de bateau aux origines complexes et nombreuses, c’est celui-ci. Uruz est une lettre runique (runes = ancien alphabet utilisé par les peuples germaniques et scandinaves). Chaque lettre porte une symbolique.

Uruz est l’énergie créatrice, le réceptacle où s’accomplit le miracle de la vie, le ventre de la Mère. C’est la rune de la force incontrôlable de la vague qui s’abat, du métal en fusion qui coule.

Uruz  symbolise la force de la vie, la création, la vitalité et l’amour, mais aussi par extension, la gestation, la sagesse, la générosité.

Bien que son élément soit la Terre, sa couleur est le bleu de la nuit du Ciel quand brillent les Etoiles. On comprend dès lors que sa pierre soit celle de Lune.

La lettre Uruz se représente par un "n". On serait tenté de la renverser pour en obtenir un "u" logique. Mais attention à ne pas le faire, car cela porte malheur. On se doute qu’il en ira de même avec le bateau !

 

 

Gobe-sous

Voilà un nom original qui sent la Belle Province à plein nez. En plus de ce nom criant de vérité, ces navigateurs canadiens ont réalisé un joli petit montage : le « O » de « sous » est une pièce de 10 cents canadiens qui tombe dans une tirelire. Ils ne sont pas radins, puisque c'est le deuxième du nom. Pourtant, je vous jure qu'ils ne naviguent pas sur un gros cochon …

 

 

Nomotos

Kris et son épouse ont attendu quarante ans avant de larguer les amarres des collines de l'Alberta pour le grand tour. A leurs amis qui leur demandaient « Quand partez-vous », ils répondaient toujours «  No more for tomorrow  !» (Ce n'est pas encore pour demain). Et puis un jour, l'attente prit fin et un grand voilier d'acier se forgeât un nom avec les premières syllabes du leitmotiv : No Mo To. Détail amusant en anglais cela se prononce de la même manière que « No Motto », ce qui signifie « sans devise ». Quelle est la vérité ?

 

 

Minariacum

Un des peuples de l'ancienne Gaule était les Morins. Ils habitaient les bords de la mer du Nord et une partie des provinces de Flandre et d'Artois.
Lors de la conquête de la Gaule par les Romains, César et ses légions trouvèrent, parmi les Morins, des résistances qui prouvaient leur courage et leur amour de l'indépendance.
A cette époque, la localité dénommée aujourd'hui Estaires (dép. du Nord) s'appelait Minariacum sur la Lys. A cet endroit, la voie romaine, venant de Cassel par Caëstre, se partage en trois tronçons : le premier sur Wervick, le second sur Tournai, le troisième sur Cambrai et l'Artois.
Le skipper de Minariacum est ch’ti. Il habite le village éponyme. Il a gardé l’esprit d’indépendance de ses ancêtres et son sillage est toujours à la croisée des chemins !

 

Cardabelle

La cardabelle est un chardon sauvage également appelé "Carline à feuilles d'acanthe". Il pousse sur le plateau du Larzac. Coupée par les bergers, sa fleur était clouée sur la porte des maisons. Même séchée, les longues feuilles qui entourent sa fleur basse s'enroulent sur elles-mêmes lorsque l’air devient humide et annonçe le passage d’une dépression orageuse. Puis elles se rouvrent lorsque le temps devient à nouveau plus sec. Ce baromètre végétal des bergers a inspiré l’équipage du sud-ouest qui à l’instar de la fleur rentre et sort ses voiles au gré des dépressions.

 

Impermanence

"Impermanence" est le contraire de la permanence. C'est un mot qui suit l'histoire des hommes depuis l'aube des temps et était présent dans les premiers langages (Anytia en sanskit). Ce qui m'a motivé à tout lâcher - je veux dire arrêter de compter les sous pour la retraite et me lancer dans la construction d'un voilier de 47 pieds en aluminium pour un programme d'exploration -c'est le décès de personnes chères autour de moi dont mes deux nièces par accident à l'âge de 25 et 19 ans. Cela a été un grand choc et étant déjà bouddhiste par idéologie, j'ai pensé que de nommer le bateau "Impermanence" serait une bonne façon de me rappeler que la vie est cousue du fil de l'impermanence. Mais on ne peut pas nommer un bateau "Impermanence" comme on le nommerait "Bob", car en nommant les choses on les aggrège à notre univers et elles font alors partie du paysage.   "Impermanence" ce n'est pas un nom, c'est plutôt une forme de rappel.

André (Québec) - http://www.impermanence.ca/

 

Mouette et Chardon

Si le propriétaire s'appelle bien Chardon, sa compagne n'est pas une mouette. On appréciera le jeu de mots pétillant, surtout en période de fêtes. Il paraît que dans la soute privée du capitaine, il n'y a que des jéroboams de Moët et ...

 

Farfadet

Comment un marin a-t-il pu donner un nom aussi bizarre à ce voilier naviguant en Baie de Seine ? L'origine remonte à plus d'un siècle quand des ingénieurs français eurent l'idée d'une machine de guerre capable de naviguer en surface et sous l'eau. Le premier sous-marin de la Royale se nommait « Farfadet ». Les suivants se déclinèrent sous les noms de « Korrigan », « Gnome » et « Lutin ». Mais il y eu surtout le drame du « Farfadet ». Le 6 juillet 1905, le navire appareille pour une plongée d'essai et coule par 10 m de fond. Les secours s'organisent mais il s'avère impossible de remonter le sous-marin par manque de points d'accroche pour les aussières. Les 14 marins finissent par mourir d'asphyxie. Depuis lors, il y a toujours un navire de la Royale se nommant « Farfadet » et il semble qu'aujourd'hui tous les sous-marins sont équipés d'anneaux sur la coque. Récit de la tragédie du « Farfadet » et photos. Merci à Thierry pour nous avoir dévoilé l'histoire du nom de son bateau.

 

Mises à jour : AOUT 2017
patrick@amelcaramel.net

haut